Ateliers de confection, des partenaires longue durée

Ateliers de confection, des partenaires longue durée

Récemment, nous vous expliquions ce que nous avions appris lors du lancement de notre premier sac et à quel point les ateliers qui fabriquent nos produits sont cruciaux pour que notre démarche soit cohérente et vertueuse.

Aujourd’hui, on creuse encore un peu plus le sujet des ateliers, des partenaires industriels indispensables dans notre chaîne de valeur.

1 - La rencontre

Tout part de là, une rencontre entre deux entreprises, deux personnes.
Les premiers échanges sont déterminants et en général, on sait presque instantanément si on lancera un projet ensemble. Cela peut sembler absurde de présenter ce critère subjectif en premier et pourtant c’est bien la réalité. Avant n’importe quelle matrice de décision, nos émotions et notre ‘instinct’ jouent un rôle déterminant.

En général, nous nous retrouvons avec les ateliers dans la volonté de chercher de nouveaux moyens de production, de traiter différemment les déchets, d’oser expérimenter avant de dire que ce n’est pas possible. Et puis il y a l’affect, des passions partagées pour l’outdoor ou pour la nature, des sujets qui nous rassemblent et qui nous donnent envie de passer du temps ensemble.

2 - La technique, l’outillage

Assembler un sac de voyage Hors-Bord ou une banane Calao ne nécessite pas le même genre d’ateliers.
Les matières que nous envoyons aux ateliers sont très différentes : leur épaisseur, leur souplesse ou encore la méthode de branding que nous allons appliquer demandent des machines différentes. 

Notre volonté est évidemment de trouver en priorité des ateliers spécialisés dans la bagagerie. Ils connaissent mieux que personne les méthodes d’assemblage, les règles à respecter, les détails qui feront la différence entre un sac qui dure 5 ou 50 ans. 

Leurs machines sont souvent des piqueuses triple entraînement avec un grand débattement autour de l’aiguille pour avoir la place de travailler proprement. Elles permettent de piquer et d’avancer régulièrement dans plusieurs couches de matériaux épais et durs à travailler.

Ces machines sont très spécifiques à notre milieu, elles sont en général trop lentes et trop agressives pour coudre des matériaux fins et délicats.

3 - L’humain

C’est le point le plus dur à contrôler pour des entreprises de notre taille.

L’environnement et la qualité sont des critères majeurs dans nos prises de décisions, mais jamais au détriment des personnes qui rendent possible ce que l’on veut faire.

Nous avons notamment choisi de ne pas faire de gravure laser sur nos produits. Même avec les meilleurs filtres et aspirations du monde, une personne travaillant 5 jours sur 7 sur ce genre de processus de fabrication se retrouverait fortement exposées aux fumées toxiques qui en émanent.

Travailler avec des entreprises européennes est aussi un gage d’assurance concernant les droits des couturiers et couturières qui y travaillent, les normes sont plus contraignantes en termes de droit du travail et c’est tant mieux.

Évidemment, dès que nous visitons un atelier, nous portons attention au moindre détail qui pourrait éveiller des soupçons sur des problèmes humains. Heureusement, rien à signaler pour le moment. 🙂

4 - L’énergie

C’est là un facteur clé pour contenir les émissions de gaz à effet de serre de nos produits.

Les matières premières que nous utilisons étant considérées comme nulles en équivalent C02, reste le transport et le choix de l’énergie que nous utilisons en production.

A ce jeu, les disparités sont grandes en Europe tant les choix des territoires sont différents, charbon, énergies renouvelables ou nucléaire… nous n’avons pas la vérité mais nous choisissons des pays où l’intensité carbone du mix énergétique est la plus faible, ou des ateliers qui s’équipent en panneaux solaires ou éoliennes pour réduire cet impact.

Des outils comme Electricity Maps donnent de bonnes informations.

Dans le processus de fabrication d’un produit, la phase qui demande le plus d’énergie est la fabrication de la matière. Nous en sommes affranchis grâce à l’upcycling, mais cela ne nous empêche pas d’aller vers le plus vertueux possible pour toutes les autres étapes.

Depuis décembre 2023, nous réalisons une grande étude d’impact de nos produits pour vous donner le plus précisément possible des chiffres sur nos actions. On va dans les moindres détails et on a hâte de vous présenter les résultats.


5 - Le Bonus

Si en plus de tous ces critères, l’atelier est dans une région accessible en train, et proche de montagnes, rivières ou de l’océan, on est les plus heureux du monde et on n’en perd pas une miette.

Retour aux articles